Naufrage du paquebot : 250 passagers français attendus à Marseille


Quelque 250 passagers français du navire de croisière italien «Costa Concordia», le paquebot géant qui a fait naufrage dans la nuit de vendredi à samedi près d'une île de Toscane (côte ouest de l'Italie), sont attendus ce samedi après-midi à Marseille.

Les passagers pourront bénéficier d'une cellule psychologique mise en place par la Croix rouge et les marins-pompiers de la cité phocéenne. 70 personnes sont actuellement toujours portées disparues. Costa Croisières France va lancer une enquête. Un passager français estime que le navire était trop près de la côte.

Costa Croisières France va lancer un enquête. «Nous avons organisé le rapatriement des 250 passagers en bus», a indiqué le président de Costa Croisières France, Georges Azouze, précisant que le reste des «462 passagers français» seront rapatriés ultérieurement «par avion spécial ou charter».«C'est une tragédie pour Costa croisière et c'est le premier accident de ce type depuis 26 ans que je suis dans la compagnie», a-t-il assuré. Une enquête sera immédiatement lancée après «la phase de sauvetage» pour connaître les causes de l'accident et a ajouté ne pas savoir pour l'instant s'il y avait des Français parmi les victimes.

«Le navire était trop près de la côte». C'est ce qu'affirme un touriste français âgé de 70 ans qui se trouvait dans le bateau naufragé. Il confié samedi à l'AFP avoir «compris tout de suite que c'était grave». «Le premier choc c'était à l'arrière gauche du navire vers 21h45 et peu de temps après il y a eu un deuxième frottement. On était à 1500 mètres de la côte, on était trop près de la côte». «On nous a dit c'était un problème avec le générateur (électrique), et puis plus rien». Il s'est plaint d'une certaine désorganisation au moment de l'abandon du navire. Une fois sur le pont, l'équipage a eu des difficultés à descendre les chaloupes de sauvetage à la mer. «Pendant qu'on descendait, la chaloupe basculait vers la droite puis la gauche, on était à neuf mètres de l'eau, des gamins criaient», a-t-il ajouté, en soulignant que «quand on a touché l'eau, tout le monde a applaudi». S'il n'a pas «l'intention de porter plainte», il «veut une indemnisation» car comme les autres occupants, il a «tout laissé sur le navire» et tout perdu, documents d'identité, bagages, argent...





Source LeParisien

Aucun commentaire:

Merci d'aider 15marins

Si chaque personne qui lit ce message donnait 1 €, cela permettrait à 15marins de continuer à prospérer sans pub.
Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour les télécharger. Click on pictures to enlarge and for download.

Messages les plus consultés les 30 derniers jours