Nouveaux Canots pour la SNSM


La Société nationale de sauvetage en mer va se doter de bateaux plus performants pour récupérer les naufragés.
Les bénévoles de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) secourent plus de 7 000 personnes, chaque année. L'association dispose d'une flottille qui va du canot pneumatique à la vedette tous temps de 18 m. Elle lance un programme de renouvellement de ses plus grandes unités.

Hier à Paris, l'amiral Yves Lagane, président de la SNSM, et le chantier Sibiril de Carantec (Finistère) ont signé un contrat pour la construction d'un prototype. « Nous disposons d'une quarantaine d'unités tous temps dont la plus âgée a trente ans, souligne l'amiral. Il s'agit donc du lancement d'un long programme sur vingt ans. » Budget prévisionnel : 50 millions d'euros.

Le nouveau canot tous temps, conçu par l'architecte morbihanais Didier Marchand, sera lui aussi insubmersible et auto-redressable. Mais plus puissant, plus long et, surtout, plus large d'un mètre. Il sera doté d'un rostre avant, sorte d'éperon qui perce la vague, qui lui permettra de filer à 25 noeuds (45 km/h) dans une mer déjà formée.

Autre amélioration notable : l'accueil des naufragés à bord. « Nous allons disposer de deux places allongées pour traiter des noyés, et d'une quinzaine assises. » Au total, quarante personnes pourront être embarquées par l'équipage composé de huit hommes.

« D'abord navire de sauvetage, le nouveau canot évolue aussi vers un concept d'ambulance de la mer, poursuit Yves Lagane. Nos sauveteurs ont de plus en plus vocation à être aussi des secouristes. »

Après confection du moule, qui permettra de construire en série, la fabrication de la première unité pourra démarrer. « La mise à l'eau du premier navire test est prévue pour mars 2013 à l'île de Sein. »

Le Yves et François Olivaux remplacera alors le Ville de Paris, affecté depuis trente ans sur l'île bretonne. Son coût, 1,2 million d'euros, est entièrement couvert par le don de Mme Olivaux. Après son passage sur l'île, cette Niçoise avait souhaité apporter sa contribution, séduite par cette formidable solidarité des gens de mer.

Source OuestFrance

1 commentaire:

OLIVAUX Bernard a dit…

Je m'appelle Bernard OLIVAUX , j'ai 72 ans.Je suis le fils ainé de Mr Yves OLIVAUX et le frère ainé de François, tous deux décédés.
Je réagis à la lecture de cet article comme je l'ai fait auprès du journaliste de Ouest-France Jean-Pierre Buisson pour dire :
- en 2011, au décès de mon frère cadet Yves OLIVAUX junior, il a été trouvé dans ses papiers - par son fils Rodolphe - un testament fait par Mme Nelly OLIVAUX - notre belle-mère nous instituant légataires et révoquant celui fait en faveur de la SNSM.Nous avons du saisir la justice afin d'être rétablis dans nos droits ; l'affaire est en cours.

Merci d'aider 15marins

Je contribue à maintenir ce site en vie. Donate to keep this site alive.
Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour les télécharger. Click on pictures to enlarge and for download.

Messages les plus consultés les 30 derniers jours