Chantier naval à Pompertuzat


Le concours « Raconte moi l'entreprise » organisé par La Dépêche du Midi, le Rectorat et le Medef à destination des élèves de collèges et des lycées vient de rendre son verdict en Haute-Garonne. Douze établissements y ont participé, soit environ 360 élèves. Dans le cadre de la Semaine École Entreprise et par l'intermédiaire du concours, ils se sont ainsi glissés dans la peau de jeunes journalistes pour nous faire partager leur vision, leur curiosité et leur goût pour les métiers observés et rencontrés. Bien sûr, au terme d'un concours, il faut départager, parfois la mort dans l'âme tant la qualité des textes est surprenante et rafraîchissante. Ainsi, pour cette 5e édition, trois collèges et un lycée ont particulièrement retenu l'attention du jury. Il s'agit des collèges Jean-Jaurès de Castanet, Jean-Lagarde de Ramonville Saint-Agne et de Léonard de Vinci de Tournefeuille. Le lycée retenu est celui du Casteret de Saint-Gaudens. Travelling avant sur le travail de création du collège Jean Jaurès.
L'atelier voile aviron l'Autan

Un bateau nous accueille au milieu des champs, avec une vague odeur de résine fraîche ! Rien d'étonnant, nous sommes arrivés à bon port ; c'est l'entreprise « Atelier Voile Aviron l'Autan » de M. Amirault, travaillant seul, sans employés.

Son nom le prédisposait à sa passion pour les bateaux qui l'a conduit à naviguer trois mois sur un trois-mâts, une Goélette, 38 ans auparavant. De retour de cette odyssée, il continue son métier en s'intéressant de plus en plus aux bateaux (stage, visite de ports.). En 2008, il abandonne sans regret son métier d'électronicien ! Il change de cap et décide de construire des bateaux à voile, et d'aviron.
Chantier naval à Pompertuzat

Son garage de Pompertuzat se transforme alors en un chantier naval. À partir de plans d'architectes internationaux, des bateaux homologués voient le jour en quelques mois. Avant de subir l'ultime test du premier plongeon dans la piscine ou le canal, suivant leur taille, (en moyenne 5 x 2 mètres) quelques talents sont requis tour à tour : menuisier, pour découper, assembler toutes les différentes pièces ; peintre, chimiste… Et surtout beaucoup de patience… (4 à 5 mois pour un voilier entièrement fini, 2 mois pour un kayak).

Pour cela il utilise des matériaux qui viennent parfois d'Amérique (Centrale et du Sud), d'Asie, comme le bois rouge. Il utilise aussi majoritairement le contreplaqué marine, à l'aide de la résine Epoxy, le tissu de verre, le pain de polyester… Pour fixer tout cela, il se sert de machines assez bruyantes comme la défonceuse, la raboteuse, la dégauchisseuse, quelques scies…

Réaliser ses rêves, M. Amirault l'a fait ! Et ce n'est pas fini. Il aurait un projet d'une barque de promenade sur le canal.

en savoir plus: Atelier Voile Aviron l'Autan

Source LaDepeche

Aucun commentaire:

Merci d'aider 15marins

Si chaque personne qui lit ce message donnait 1 €, cela permettrait à 15marins de continuer à prospérer sans pub.
Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour les télécharger. Click on pictures to enlarge and for download.

Messages les plus consultés les 30 derniers jours